Page d'accueil Page d'accueil
AstraZeneca

Kymriah
tisagenlecleucel

Notice: Information du patient ou du soignant


Kymriah 1,2 x 106 – 6 x 108 cellules dispersion pour perfusion

tisagenlecleucel (lymphocytes T viables CAR+)


image

Ce médicament fait l'objet d'une surveillance supplémentaire qui permettra l'identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Vous pouvez y contribuer en signalant tout effet indésirable que vous observez. Voir en fin de rubrique 4 comment déclarer les effets indésirables.


Veuillez lire attentivement cette notice avant que vous (ou votre enfant) ne receviez ce médicament car elle contient des informations importantes.


Que contient cette notice ? :

  1. Qu’est-ce que Kymriah et dans quels cas est-il utilisé

  2. Quelles sont les informations à connaître avant de recevoir Kymriah

  3. Comment est administré Kymriah

  4. Quels sont les effets indésirables éventuels?

  5. Comment conserver Kymriah

  6. Contenu de l’emballage et autres informations


  1. Qu’est-ce que Kymriah et dans quels cas est-il utilisé Qu'est-ce que Kymriah

    Kymriah, également connu sous le nom de tisagenlecleucel, est fabriqué à partir de certains de vos propres globules blancs appelés lymphocytes T. Les lymphocytes T sont importants au bon fonctionnement de votre système immunitaire (les défenses immunitaires).


    Comment Kymriah agit-il ?

    Les lymphocytes T sont prélevés de votre sang et un gène est introduit dans les lymphocytes T de manière à ce qu'ils puissent cibler les cellules cancéreuses dans votre corps. Lorsque Kymriah est perfusé dans votre sang, les lymphocytes T modifiés vont atteindre et tuer les cellules cancéreuses.


    Dans quel cas Kymriah est-il utilisé

    Kymriah est utilisé pour traiter :

    • La leucémie aigüe lymphoblastique (LAL) à cellules B - une forme de cancer qui affecte certains types de globules blancs. Le médicament peut être utilisé chez les enfants et les jeunes adultes jusqu’à 25 ans inclus atteints de ce cancer.

    • Le lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) - une forme de cancer qui affecte certains types de globules blancs, principalement dans les ganglions lymphatiques. Le médicament peut être utilisé chez les adultes (âgés de 18 ans et plus) atteints de ce cancer.

    • Le lymphome folliculaire (LF) - une forme de cancer qui affecte certains types de globules blancs appelés lymphocytes, principalement dans les ganglions lymphatiques. Le médicament peut être utilisé chez les adultes (âgés de 18 ans et plus) atteints de ce cancer.


      Si vous avez d'autres questions sur la façon dont Kymriah agit ou pourquoi ce médicament vous a été prescrit, adressez-vous à votre médecin.

  2. Quelles sont les informations à connaître avant de recevoir Kymriah


    Ne recevez jamais Kymriah :

    • si vous êtes allergique à l'un des composants contenus dans ce médicament (mentionnés dans la rubrique 6). Si vous pensez être allergique, demandez l'avis de votre médecin.


      Avertissements et précautions

      Kymriah est fabriqué à partir de vos propres globules blancs et vous est uniquement destiné.


      Avant de recevoir Kymriah vous devez prévenir votre médecin si :

    • Vous avez reçu une greffe de cellules souches au cours des 4 derniers mois. Votre médecin surveillera si vous présentez des signes ou des symptômes de maladie du greffon contre l'hôte. Cela se produit lorsque les cellules transplantées attaquent votre organisme, en provoquant des symptômes tels qu'une éruption cutanée, des nausées, des vomissements, des diarrhées et du sang dans les selles.

    • Vous avez des problèmes pulmonaires, cardiaques ou de pression artérielle (faible ou élevée).

    • Vous remarquez des symptômes d’aggravation de votre cancer. Si vous avez une leucémie, cela peut inclure de la fièvre, une sensation de faiblesse, des saignements des gencives, des ecchymoses. Si vous avez un lymphome, cela peut inclure une fièvre inexpliquée, une sensation de faiblesse, des sueurs nocturnes, une perte de poids soudaine.

    • Vous avez une infection. L'infection sera traitée avant la perfusion de tisagenlecleucel.

    • Vous avez eu une hépatite B, une hépatite C ou une infection par le virus de l’immunodéficience humain (VIH).

    • Vous êtes, ou pensez être enceinte, ou vous envisagez une grossesse (voir les rubriques

      « Grossesse et allaitement » et « Contraception pour les femmes et les hommes » ci-dessous).

    • Vous vous êtes fait vacciner dans les 6 semaines précédentes ou vous prévoyez de recevoir un vaccin dans les prochains mois.

      Si l'un des cas ci-dessus vous concerne (ou en cas de doute), adressez-vous à votre médecin avant de recevoir Kymriah.


      Examens et contrôles

      Avant de recevoir Kymriah votre médecin :

    • Examinera vos poumons, votre cœur et votre pression artérielle.

    • Surveillera les signes d'infection ; toute infection sera traitée avant de vous donner Kymriah.

    • Évaluera si votre lymphome ou leucémie s'aggrave.

    • S’assurera de l'absence de signes d'une maladie du greffon contre l'hôte qui peut survenir après une greffe.

    • Vérifiera votre taux sanguin d'acide urique et le nombre de cellules cancéreuses dans votre sang. Ceci permettra de savoir si vous êtes susceptible de développer une complication appelée syndrome de lyse tumorale. Un traitement pourra vous être donné pour prévenir cette complication.

    • Contrôlera si vous êtes atteint d’hépatite B, d'hépatite C ou d’infection au VIH.


      Après avoir reçu Kymriah

      Prévenez immédiatement votre médecin ou votre infirmier(ère) si vous avez un des éléments suivants :

    • Fièvre, ce qui peut être le symptôme d’une infection. Votre médecin contrôlera régulièrement votre numération formule sanguine puisque le nombre de cellules et autres composants de votre sang peuvent diminuer.

    • Prenez votre température deux fois par jour pendant 3 à 4 semaines après le traitement par Kymriah. Si votre température est élevée, consultez votre médecin immédiatement.

    • Fatigue extrême, faiblesse et essoufflement, qui peuvent être les symptômes d’un manque de globules rouges.

    • Saignements ou ecchymoses (« bleus ») qui apparaissent plus facilement que d’habitude, qui peuvent être les symptômes d’un taux faible de cellules sanguines connues sous le nom de plaquettes.

      Kymriah peut perturber les résultats de certains types de test de dépistage du VIH – veuillez vous renseigner auprès de votre médecin à ce sujet.


      Après avoir reçu Kymriah, votre médecin surveillera régulièrement votre numération sanguine car vous pourriez avoir une diminution du nombre de cellules sanguines et d’autres éléments sanguins.


      Ne faites pas don de votre sang, vos organes, vos tissus ou vos cellules.


      Enfants et adolescents

    • Aucune étude clinique formelle n’a été menée chez les enfants de moins de 3 ans ayant une LAL à cellules B.

    • Kymriah ne doit pas être utilisé chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans pour traiter un LDGCB et un LF. En effet, Kymriah n'a pas été étudié pour cette tranche d’âge.


      Autres médicaments et Kymriah

      Informez votre médecin si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament ; ceci inclut les médicaments vendus sans ordonnance. En effet, les autres médicaments peuvent influer sur le fonctionnement de Kymriah.


      En particulier, vous ne devez pas recevoir certains vaccins appelés vaccins vivants :

    • dans les 6 semaines qui précèdent la cure de chimiothérapie de courte durée (appelée chimiothérapie lymphodéplétive) pour préparer votre organisme à recevoir Kymriah.

    • au cours du traitement par Kymriah.

    • après le traitement pendant la restauration de votre système immunitaire. Si vous devez recevoir des vaccinations, parlez-en à votre médecin.


      Avant de recevoir Kymriah, informez votre médecin ou votre infirmier(ère) si vous prenez d’autres médicaments qui affaiblissent votre système immunitaire tels que des corticoïdes, dans la mesure où ces médicaments peuvent interférer avec les effets de Kymriah.


      Grossesse et allaitement

      Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez conseil à votre médecin avant de recevoir ce médicament. En effet, les effets de Kymriah chez la femme enceinte ou allaitante ne sont pas connus, et Kymriah pourrait être dangereux pour le fœtus ou votre nouveau-né/bébé.

    • Si vous êtes ou pensez être enceinte après le traitement par Kymriah, parlez-en immédiatement à votre médecin.

    • Vous devez réaliser un test de grossesse avant le début du traitement. Kymriah ne devrait être donné que si le résultat indique que vous n’êtes pas enceinte.


      Contraception pour les femmes et les hommes

      Parlez de la grossesse avec votre médecin si vous avez reçu Kymriah.


      Conduite de véhicules et utilisation de machines

      Ne conduisez pas, n'utilisez pas de machines, et n’effectuez pas d’activités nécessitant une vigilance particulière. Kymriah peut provoquer des problèmes tels qu'une altération ou une diminution de la conscience, confusion et des convulsions (crises d’épilepsie) dans les 8 semaines après la perfusion.


      Kymriah contient du sodium, du diméthylsulfoxyde (DMSO) et du dextran 40.

      Ce médicament contient 24,3 à 121,5 mg de sodium par dose. Cela équivaut à 1 à 6% de l’apport alimentaire quotidien maximal recommandé de 2 g de sodium pour un adulte.Vous devrez être surveillé attentivement durant la perfusion.

  3. Comment Kymriah vous sera administré


    Kymriah vous sera toujours administré par un médecin dans un centre de traitement qualifié.


    Kymriah contient des cellules sanguines humaines. Votre médecin manipulant Kymriah prendra ainsi les précautions nécessaires (porter des gants et des lunettes) afin d’éviter toute transmission de maladies infectieuses.


    Don de sang pour la préparation de Kymriah

    Kymriah est fabriqué à partir de vos propres globules blancs.

    • Votre médecin prélèvera une certaine quantité de votre sang à l'aide d'un cathéter placé dans votre veine (une procédure appelée leucaphérèse). Certains de vos globules blancs sont séparés de votre sang et le reste du sang est réinjecté dans votre veine. Ceci peut durer de 3 à 6 heures et peut nécessiter d'être répété.

    • Vos globules blancs sont congelés et expédiés en vue de la préparation de Kymriah. La préparation de Kymriah prend habituellement 3 à 4 semaines mais ce délai peut varier.

    • Kymriah est un traitement qui est fabriqué spécifiquement pour vous. Il y a des situations dans lesquelles Kymriah ne peut être fabriqué avec succès et vous être administré. Dans certains cas, une seconde fabrication de Kymriah peut être tentée.

      Avant de vous donner Kymriah, votre médecin peut vous donner un traitement appelé chimiothérapie lymphodéplétive pendant quelques jours pour préparer votre organisme.


      Traitement du cancer pendant la fabrication de Kymriah

      Pendant la période de fabrication de Kymriah, votre lymphome ou leucémie peut s’aggraver et votre médecin peut décider d’utiliser un traitement supplémentaire (appelé « traitement d’attente ») dans le but de stabiliser votre cancer en stoppant l’apparition de nouvelles cellules cancéreuses. Ce traitement peut déclencher des effets indésirables qui peuvent être graves ou engager le pronostic vital. Votre médecin vous informera des effets indésirables potentiels de ce traitement.


      Médicaments donnés juste avant le traitement par Kymriah

      Au cours des 30 à 60 minutes avant de recevoir Kymriah, vous allez peut-être recevoir d'autres médicaments. Ceci permet de prévenir les réactions à la perfusion et de diminuer le risque de fièvre. Ces autres médicaments peuvent inclure :

    • Le paracétamol

    • Un antihistaminique tel que la diphénhydramine.


      Comment Kymriah vous est-il donné

    • Votre médecin vérifiera que les identifiants individuels du patient figurant sur la poche à perfusion de Kymriah vous correspondent.

    • Votre médecin vous donnera Kymriah par perfusion, c’est-à-dire au goutte-à-goutte par un tube placé dans votre veine. La perfusion dure habituellement moins de 1 heure. Pendant la perfusion, votre médecin vérifiera si vous avez des difficultés à respirer ou des vertiges (symptômes possibles d’une réaction allergique).

    • Le traitement par Kymriah consiste en une administration unique.


      Après avoir reçu Kymriah

    • Prévoyez de rester à moins de 2 heures de route de l'hôpital où vous avez été traité pendant au moins 4 semaines après avoir reçu Kymriah. Votre médecin vous recommandera de retourner quotidiennement à l’hôpital pendant au moins 10 jours et évaluera si vous avez besoin de rester hospitalisé pendant les 10 premiers jours après la perfusion. Cela permettra à votre médecin de vérifier que votre traitement est efficace et de vous aider en cas d'effets indésirables.


      Si vous avez manqué un rendez-vous, appelez votre médecin ou l’hôpîtal le plus rapidement possible afin de reprendre rendez-vous.

  4. Quels sont les effets indésirables éventuels?


    Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.


    Prévenez immédiatement votre médecin si vous présentez l'un des signes suivants après la perfusion de Kymriah. Ils surviennent habituellement dans les 8 premières semaines après la perfusion, mais peuvent apparaître plus tard :


    Très fréquents : pouvant toucher plus d’1 personne sur 10

    • une fièvre élevée et des frissons. Ceux-ci peuvent être les symptômes d'une affection grave appelée syndrome de relargage des cytokines qui peut engager le pronostic vital ou être fatal. Les autres symptômes du syndrome de relargage des cytokines sont des difficultés à respirer, des nausées, des vomissements, une diarrhée, une perte de l’appétit, de la fatigue, un rythme cardiaque rapide, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, des gonflements, une faible pression artérielle, des maux de tête, une insuffisance cardiaque, pulmonaire et rénale et une atteinte du foie. Ces symptômes se manifestent presque toujours dans les 14 premiers jours après la perfusion.

    • des troubles tels qu'une altération de la pensée ou une diminution de l’état de conscience, une perte de contact avec la réalité, une confusion, une agitation, des crises convulsives, une difficulté à parler et à comprendre et une difficulté à marcher. Ceux-ci peuvent être les symptômes d’une affection appelée syndrome de neurotoxicité lié aux cellules effectrices de l’immunité (ICANS).

    • une sensation de chaleur, de la fièvre, des frissons ou des tremblements, des maux de gorge ou des ulcérations dans la bouche peuvent être les signes d'une infection. Certaines infections peuvent engager le pronostic vital ou être fatales.


      Fréquent : pouvant toucher jusqu’à 1 personne sur 10

    • Une dégradation rapide des cellules tumorales causant le relargage de leur contenu dans le système sanguin. Ceci peut interférer avec le fonctionnement des divers organes du corps, notamment les reins, le cœur et le système nerveux (syndrome de lyse tumorale).


      Autres effets indésirables éventuels

      D'autres effets indésirables sont listés ci-dessous. Si ces effets indésirables deviennent graves, informez-en votre médecin immédiatement.


      Très fréquent : pouvant toucher plus d'1 personne sur 10

    • Pâleur cutanée, faiblesse, essoufflement dus à un faible taux de globules rouges ou d’hémoglobine

    • Saignements ou ecchymoses excessifs ou prolongés dus à un faible taux de plaquettes

    • Fièvre avec un taux de globules blancs dangereusement bas

    • Risque accru d’infection dû à un nombre anormalement bas de globules blancs

    • Infections fréquentes et persistantes dues à une diminution du nombre d’anticorps dans votre sang

    • Faiblesse, rythme cardiaque anormal, dus à un taux anormalement bas de sels dans le sang notamment phosphore, potassium, magnésium

    • Taux élevés d’enzymes hépatiques ou créatinine dans le sang qui montrent que votre foie ou vos reins ne fonctionnent pas normalement

    • Battements cardiaques rapides ou irréguliers

    • Essoufflement, respiration difficile, respiration rapide, liquide dans les poumons

    • Toux

    • Douleur abdominale, constipation

    • Douleurs osseuses au niveau du dos

    • Éruption cutanée

    • Gonflement des chevilles, des membres et du visage

      Fréquent : pouvant toucher jusqu'à 1 personne sur 10

    • Fièvre, malaise, distension du foie, couleur jaune de votre peau et de vos yeux, faibles taux des cellules sanguines dus à une activation extrême du système immunitaire

    • Vertiges ou évanouissement, rougissement, éruption cutanée, démangeaison, fièvre, essoufflement ou vomissements, douleur abdominale, diarrhée dus à une réaction liée à la perfusion

    • Éruption cutanée, nausées, vomissements, diarrhées dont des selles sanglantes (éventuels symptômes d’une réaction du greffon contre l’hôte, c’est-à-dire lorsque les cellules transplantées attaquent vos cellules)

    • Douleurs articulaires dues à un taux élevé d’acide urique

    • Bilans sanguins anormaux (taux élevé de : phosphore, potassium, calcium, magnésium et sodium, une enzyme appelée phosphatase alcaline permettant de détecter une maladie du foie, d-dimères, ferritine sérique ; faible taux de : protéine sanguine appelée albumine, sodium)

    • Convulsions, crises d’épilepsie (crises convulsives)

    • Spasmes/crampes musculaires dus à un taux anormalement bas de certains sels dans le sang, notamment ceux de calcium

    • Mouvements involontaires ou incontrôlables

    • Tremblements involontaires du corps, difficulté à écrire, difficulté à exprimer ses pensées oralement, troubles de l’attention, somnolence

    • Picotements ou engourdissement, difficulté à se déplacer à cause de lésions nerveuses

    • Baisse de la vue

    • Soif

    • Perte de poids

    • Névralgies (douleur des nerfs)

    • Anxiété, irritabilité

    • État de confusion sévère

    • Difficultés à dormir

    • Essoufflement, difficulté à respirer en position allongée, gonflement des pieds et des jambes (éventuels symptômes d’une insuffisance cardiaque), arrêt des battements cardiaques

    • Gonflement et douleur dus à des caillots sanguins

    • Gonflement dû aux fluides qui s’écoulent des vaisseaux sanguins dans les tissus environnants.

    • Pression artérielle élevée

    • Ballonnement et inconfort (distension abdominale) dus à une accumulation de liquide dans l’abdomen

    • Sécheresse buccale, irritation buccale, saignements dans la bouche, inflammation des gencives

    • Coloration jaune de la peau et des yeux due à un taux anormalement élevé de bilirubine dans le sang

    • Démangeaisons

    • Transpiration excessive, sueurs nocturnes

    • Syndrome grippal

    • Défaillance de plusieurs organes


    Peu fréquent : pouvant toucher jusqu’à 1 personne sur 100

    • Faiblesse ou paralysie des membres ou du visage, difficulté pour parler (éventuels symptômes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) résultant d’une diminution de l’apport sanguin)

    • Chaleur ou rougissement rapide de la peau

    • Toux entrainant des mucosités ou parfois du sang, fièvre, essoufflement ou difficultés pour respirer

    • Difficulté à contrôler les mouvements


    Fréquence indéterminée : ne peut être estimée sur la base des données disponibles

  5. Comment conserver Kymriah


    Les informations suivantes sont destinées exclusivement aux médecins.


    Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.


    N'utilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur l'étiquette de la poche pour perfusion après EXP.


    Conservez et transportez à une température inférieure à -120°C. Ne pas décongeler le produit avant d'être prêt à l'utiliser.


    N’utilisez pas ce médicament si la poche pour perfusion est endommagée ou qu'elle fuit.


    Ce médicament contient des cellules sanguines génétiquement modifiées. Il convient de suivre les lignes directrices locales de traitement des déchets biologiques pour les médicaments non utilisés et les déchets.


  6. Contenu de l’emballage et autres informations Ce que contient Kymriah


Le CHMP a examiné les données soumises par le titulaire de l’autorisation de mise sur le marché, compte tenu des dispositions de l’article 14, paragraphe 11, du règlement (CE) n° 726/2004, et estime que la nouvelle indication thérapeutique apporte un bénéfice clinique important par rapport aux thérapeutiques existantes, comme expliqué plus en détail dans le rapport européen public d’évaluation.